AU FIL DES MOTS à Chavagnes-en-Paillers

AU FIL DES MOTS à Chavagnes-en-Paillers

Février 2018

Jeudi 8 février

Texte n°1

 

 

Carême

 

Pourquoi dans les jours d'abstinence l' Église romaine regarde-t-elle comme un crime de manger des animaux terrestres, et comme une bonne œuvre de se faire servir des soles et des saumons ? Le riche papiste qui aura eu sur sa table pour cinq cents francs de poisson sera sauvé ; et le pauvre, mourant de faim, qui aura mangé pour quatre sous de petit salé, sera damné !

Pourquoi faut-il demander permission à mon évêque de manger des œufs ? Si un roi demandait à son peuple de ne jamais manger d'œufs, ne passerait-il pas pour le plus ridicule des tyrans ? Quelle étrange aversion les évêques ont-ils pour les omelettes ?

Croirait-on que chez les papistes il y ait eu des tribunaux assez imbéciles, assez lâches, assez barbares, pour condamner à la mort de pauvres citoyens qui n'avaient d'autres crimes que d'avoir mangé du cheval en carême ? Le fait n'est que trop vrai : j'ai entre les mains un arrêt de cette espèce . Ce qu'il y a d'étrange, c'est que les juges qui ont rendu de pareilles sentences se sont crus supérieurs aux Iroquois.

Prêtres idiots et cruels ! À qui ordonnez-vous le carême ? Est-ce aux riches ? Ils se gardent bien de l'observer. Est-ce aux pauvres ? Ils font le carême toute l'année. Le malheureux cultivateur ne mange presque jamais de viande et n'a pas de quoi acheter du poisson.

Fous que vous êtes, quand corrigerez-vous vos lois absurdes ?

 

François-Marie Arouet dit VOLTAIRE

 

Philosophe et écrivain français (1694-1778)

 

Quelques notes sur l'auteur

 

Après de brillantes études chez les Jésuites de Louis-Le-Grand , des vers irrévérencieux l'obligent à rester en province, provoquent son incarcération à La Bastille , et le contraignent à un exil de 3 ans en Angleterre. Au contact des philosophes d'outre-Manche où la liberté d'expression était alors plus grande qu'en France, il s'engage dans une philosophie réformatrice de la justice et de la société.

Il combat inlassablement pour la liberté, la justice et le triomphe de la raison

Esprit universel ayant marqué le siècle des Lumières, défenseur acharné de la liberté individuelle et de la tolérance, Voltaire a eu beaucoup de succès auprès de la bourgeoisie libérale. Il laisse une œuvre considérable. À cause de la censure, la plupart de ses écrits étaient interdits. Ils étaient publiés de manière anonyme, imprimés à l'étranger et introduits clandestinement en France.

 

 

Texte n°1 

Le tablier de grand-mère

 

 

Tombé aujourd'hui en désuétude - mais encore offert comme  gadget  pour un départ à la retraite ou un anniversaire -, le tablier, ( en patois, « le devanteau »), quelque soixante ans en arrière, ceignait nos aïeules du matin au soir.

Son principal usage était bien sûr de  garantir la robe ou la blouse en dessous, mais rappelons-nous les multiples autres services qu'il était appelé à rendre au cours d'une journée !

 

À la cuisine, il protégeait les mains de grand-mère pour retirer un faitout brûlant du fourneau , pour poser la tarte aux pommes, sortie du four, sur le rebord de la fenêtre afin qu'elle refroidît – maintenant, sa petite fille la pose là pour la décongeler. Il recueillait les pluches des petits-pois, des choux de Bruxelles, avant que grand-mère n'allât les jeter dans la « cour aux poules », derrière la « mouche de bois ». Pas question de revenir à vide : alors, selon les occasions, il ramenait des œufs, des poussins chétifs à réchauffer sous le foyer de la cheminée, quelques « scions » traînant par-ci par-là et qui finissaient dans l' âtre. Si à un moment donné, le feu donnait des signes de faiblesse, il allait jusqu'à faire office de soufflet.

À l'heure de servir le repas, brandi par grand-mère sortie sur le seuil, il invitait les hommes revenus des champs à passer à table.

 

Quand des visiteurs arrivaient de façon impromptue, c'était surprenant de voir avec quelle rapidité ce vieux tablier pouvait « faire la poussière », ou d'un coin mouillé de salive, débarbouiller nos frimousses, avant d'être relégué derrière une porte ou au fond d'un buffet ! Si ces visiteurs n'avaient pas l' heur de nous plaire, et que nous fondions en larmes, grand-mère nous prenait dans sa « dorne » et nos pleurs étaient vite apaisés par le merveilleux tablier qui les séchait tendrement.

 

( Auteur inconnu ) Texte de base fourni par Madeleine A. 

malicieusement arrangé par qui vous savez

 

...et chantez maintenant...

              DANS LA DORNE 

 1- Quand y'étions tot p'tits poupons

Tot juste sortis de nout' bogueuille

Dam', y'étions tot d'mêm' megnons

Bia petit gars, bell' petit' feuille,

y passions do hures au long ...

 

DANS LA DORNE , DANS LA DORNE

  

2- Quand o v'nait l' hure do bib'ron

Y fesions vouér' nout' p'tit' malice

Tch' été poué do p'tit' chansons

O l'aré fallu la police

Maman nous dounait l'teton...

  

DANS LA DORNE , DANS LA DORNE

  

3- Quand y'étions emmaillotès

Y pouvions pas remuer les jambes

Y' étions tot embouchounès

Y' avait qu' nos du mains qui bougiantent

Souvent y'étions tot trempès...

  

DANS LA DORNE, DANS LA DORNE

  

4- Tot les soirs six hures venues

Arrivait le marchand de sablle

En mangeant l' om'lett' aux us

Y nous endormions à la tablle

Y fesions nout' bon Jésus ...

  

DANS LA DORNE, DANS LA DORNE

  

5- Quand y' avait do processions

Ma mèr' nous emm'nait à la messe

A mettait nou p'tits chaussons

Nout' calott' ruchée su la tête

Y' écoutions tché bias sermons ...

  

DANS LA DORNE, DANS LA DORNE

  

6- Y nous rappel'rons longtemps

De noutre boun' mémé Germaine

A chantait à ses enfants

tot pllein de chansons vendéennes

Tch'était tot d'mêm' le bon temps ! ...

  

DANS LA DORNE, DANS LA DORNE

 

 



08/02/2018
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres