AU FIL DES MOTS à Chavagnes-en-Paillers

AU FIL DES MOTS à Chavagnes-en-Paillers

Dictée patoisante (Juin 2011)

Journée pique-nique aux Permouillères.

 

 

Les portes sont barrées pour toute la réssiée ; les pois palettes attendront bien le sarein pour être ramassés.  Toute la guerouée des élèves de dictée est dépave, place des Martyrs vendéens ; ça vesique dans tous les sens, ça vesoune de partout, de quoi vous donner le virounat .

 

Nous partons pour les Permouillères où, dans les vieux tets aux vaches d’Albert et Anne-Marie, nous épenigerons notre manger ; il pourra mouiller, le vent pourra buffer, le soleil grâler, pas de souci, nous serons abriés.

 

Dans le temps, pour se rendre à l’école, les enfants Chaigneau n’avaient pas le temps de nivasser en chemin, même si, aux beaux jours, manger de la vinette, des mêles, ou des abernottes les tentait. Les nombreux kilomètres pour arriver au bourg ne pourraient qu’apourer les plus téméraires des gosses d’aujourd’hui. Aimaient-ils afurcher les échalais, patrohyer dans la casse qui leur cotissait sur les mollets, s’embréner dans les érondes des chaîtres qui se burguaient dans leurs hardes et parfois les éralaient ? Fi de vesse ! Ils n’avaient pas le choix.

 

Quel que fût le temps, il leur fallait aricoter pour arriver tout achalés ou bedon tout guenés à l’école. Mais, comme bérède d’enfants campagnards de l’époque, c’est bien avant les bourgadins qu’ils entraient dans la cour.

Une fois dans la classe, ils avaient encore la force d’acacher sur leur plume pour s’appliquer aux pleins et déliés de la page d’écriture, en évitant les pâtés. Alors ! Foin du patois ! Tous étaient là pour apprendre notre belle - mais ô combien difficile - langue française.

 

 

 

Bonnes vacances ! et À la rentrée…



11/09/2016
5 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres