AU FIL DES MOTS à Chavagnes-en-Paillers

AU FIL DES MOTS à Chavagnes-en-Paillers

Prosopopée d'un jardin exotique (avr 2008)

Prosopopée d’un jardin exotique

 

 

Ô visiteur, toi qui aujourd’hui as choisi de faire une pause chez moi, dussé-je te décevoir, sache que je n’ai pas toujours été ce havre de paix, cet éden, qui va t’enchanter cet après-midi.

Pendant quelque quarante années, je n’ai vu aucuns ciseaux tailler mes arbres, aucune main désherber mes allées, aucun râteau curer mes plans d’eau envahis de sphaignes et de lenticules. Tout allait à vau-l’eau. Ni serein, ni aiguail ne pouvaient plus me rafraîchir. Pourtant, que d’idylles s’étaient nouées, de serments échangés le long de mes allées ombragées aux effluves mentholés. Pourquoi m’a-t-on mis au rebut comme un pestiféré alors que j’étais arrivé à l’acmé de ma majesté ?...

Enfin, me voici ressuscité, et malgré toutes les vicissitudes de mon existence, je suis de nouveau au faîte de la renommée.

Précisons que je n’attire pas spécialement les joggeurs s’entraînant pour des records à battre, ni les enfants friands de toboggans, tape-culs ou autres jeux bruyants. Point de place chez moi pour ces passe-temps réservés aux squares ou zones de loisirs. Moi, je fais les délices du promeneur solitaire qui, empreint de mysticisme, se laisse aller à la contemplation. Eût-il vécu au vingt et unième siècle, Jean-Jacques Rousseau eût aimé rêver sous ma verdoyante frondaison. Chargé de symboles cosmiques et spirituels liés au bouddhisme et au taoïsme, j’invite à la méditation.

Le temple khmer, le pont rouge et les îles du paradis, l’embarcadère ou encore les nombreuses lanternes qui jalonnent mon parcours te transporteront dans un autre continent, une autre civilisation.

Si tu aimes les jardins sauvages, broussailleux, labyrinthiques où les herbes folles poussent à l’envi, où les animaux prolifèrent à qui mieux mieux, alors peut-être seras-tu déçu ? Ici, seuls quelques sphinx, machaons ou vanesses aux ailes ocellées t’aideront à quitter le monde réel pour celui de l’exotisme.

Tu es, visiteur, dans un jardin dont le rôle est de capter le souffle et l’esprit de la nature, tout en écartant les maléfices. Plongé dans cet univers, tu n’apprécieras que si tu me regardes en philosophe et en poète.



31/08/2016
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres